Le Contrat d’Objectifs

Contrat d'objectifs

Le Contrat d’Objectifs État-Ifremer reprend en partie les objectifs du Plan Stratégique et précise les perspectives en matière de gestion et de traitement des données scientifiques.

Les deux activités principales de l’Institut déterminent ces objectifs :

Les programmes de recherche, internes ou en partenariat aux niveaux nationaux, européens et internationaux

Plusieurs de ces programmes de recherche sont très impactant sur la gestion des données. C'est le cas notamment en physique et biogéochimie : « améliorer la compréhension et la représentation de ces processus qui sont à la base de la dynamique océanique et de la structure des écosystèmes côtiers nécessite une double approche de simulation et d’observation. Cela repose sur de nouvelles techniques automatisées d’observation, et des techniques numériques innovantes de traitement et d’exploitation de données massives (gestion et traitement de données satellitales et in-situ, à différentes échelles et mêlant différentes thématiques, moyens de calcul associés) ».

L’appui au déploiement des politiques maritimes

Les systèmes d’information de l’Ifremer et son savoir-faire en ce domaine concourent à la mise en place des systèmes d’information aux niveaux nationaux et européens : Directive Cadre sur l’Eau (DCE) et Système d’Information du l’Eau, Système d’Information Nature et Paysages (SINP), Directive Cadre Stratégique pour le Milieu Marin (DCSMM), Politique Commune des Pêches et Politique Cadre de Collecte des Données, Directive Inspire et GéoPortail National.

L'objectif est de mieux articuler les systèmes d’information de l’État et de l’Ifremer en facilitant l’accès aux données. L’Ifremer a en effet développé des compétences dans la bancarisation et la diffusion de données et gère actuellement deux bases de données : Quadrige², environnement littoral et Harmonie, données halieutiques. Ces bases sont en partie dédiées à l’expertise en appui à la puissance publique. Plusieurs actions sont prévues pour améliorer la cohérence entre ces dispositifs et en préciser les modalités de financement (DGAL et ONEMA, DPMA).

La DCSMM représente également un cadre nouveau (étendue géographique accrue par rapport à la DCE, élargissement de l’approche pluridisciplinaire), au sein duquel l’unité se voit jouer un rôle majeur.